bandeau été
Version numérique de La Gazette de Padern
ÉTÉ 2015

Logo_suivez_nous_facebook

  • Editorial
  • Brèves de la Mairie
  • Vie pratique: pour un été sans risque
  • Sports: retour sur le trail de Quéribus
  • Talents: Joëlle, l'œil de l'artiste
  • Le coin des associations
  • Les plantes de la garrigue
  • Patrimoine: l'oppidum
  • Portrait d’ici: Louisette Izard
  • Le coin des Anciens: les fêtes d'été
  • Carnet: rubrique démographique
  • Agenda de l'été
  • Le remue-méninges de Jacky
  • La cuisine de ma grand-mère: la charlotte Saint Roch de Ginette Delpont

Cliquer ici pour accéder à la version imprimable de la Gazette

Editorial

Essai transformé !
Vous avez été nombreux à nous faire part de votre intérêt pour le numéro d’essai de la gazette et nous ne pouvons que nous en réjouir car une gazette sans lecteurs, c’est comme une rivière sans cabède !
Dans cette gazette de l’été qui porte le numéro 1, vous retrouverez les thèmes qui composaient la précédente à l’exception de la rubrique « Expats ». Eh oui, les Padernais de Belgique, des Etats-Unis, d’Australie ou d’ailleurs, sont de retour pour partager l’été du village, aussi nous leur rendrons la parole dans les prochaines éditions.
Parmi les articles qui composent ce numéro, vous trouverez le calendrier des animations et quelques rappels des consignes de sécurité pour profiter au mieux des longues journées estivales.
A vous de nous suggérer d’autres sujets, de nous faire part de vos souvenirs du village et de nous aider à faire connaître aux Padernais d’aujourd’hui, le Padern d’hier.
Nous serons tout ouïes.

La Cabède bavarde



Brèves de la Mairie

Oups !! Dans l’édition papier du mois d’avril, notre rubrique s’est distinguée par une belle coquille, il fallait lire «  Le nettoyage du lit du Verdouble entre le pont de la Clotte et …l’embouchure du Torgan a facilité l’écoulement des eaux torrentielles de l’aïgat de décembre ».
Depuis, que s’est-il passé dans notre commune ?

Tout d’abord, des travaux de remise en état des branchements eau potable et eaux usées, ont été entrepris rue San Bitou, en amont du croisement de la route de Maisons.

Le parc outillage de la Mairie s’est enrichi d’une épareuse*. Nous voici donc autonomes pour l’entretien de nos chemins et lits de rivières. Fini rotofil en ut majeur dés 7h 00 le matin !! Grâce à ce nouvel outil, on peut constater que les bords de chemins n’ont rien à envier à la pelouse de Wimbledon.

Débroussailleuse b
* Épareuse est un terme parfois employé pour nommer une machine qui coupe les buissons et l'herbe au bord des routes ou dans le cadre de travaux agricoles


Avec la belle saison, le gîte d’étape à ouvert ses portes, et enregistre d’ores et déjà 380 nuitées réservées ! Ces chiffres prouvent, s’il en était besoin que notre village ne manque pas d’intérêt.

En cette fin juin, vous avez peut-être aperçu de drôles d’équilibristes sur les parois du château. Création d’une voie d’escalade, tournage du prochain James Bond ? Rien de tout cela, seulement Frédéric Ibanez et Joël Serra, procédant à la remise en état de l’éclairage du château. Joël, professeur d’EPS est le fils de Lucette qui a été institutrice à Padern de 1970 à 1975.

projecteur 1
projecteur 2B
projecteur 3B

Cœur de village : le cahier des charges des travaux relatifs à l’aménagement de l’ancien presbytère (« capelanié ») a été établi ; à la suite de quoi le conseil municipal après délibération, a attribué la maîtrise d’œuvre au cabinet d’architectes Courtiade et Guégan de Coustouges.

Vous avez des informations sur ce lieu emblématique, vous connaissez son histoire ? Nous vous remercions de nous contacter pour nous permettre d’enrichir nos données relatives à l’histoire du village.


Quoi de neuf ?

Dans le n° 0 nous vous faisions part de l’arrivée à Padern de Béatrice Arnaud et Laurent Loubières. Ces deux tarnais ouvrent une petite boutique au rez-de-chaussée de leur maison installée à la placette, dans laquelle vous pourrez faire provision de quelques produits de terroir : miel, pain d’épices, ail et échalotes de Lautrec, plantes médicinales…
Par ailleurs, la sympathique « tarndernaise » assurera les petits-déjeuners du gîte avec jus de fruits, gâteaux, expresso… Du fait maison exclusivement.

Nous souhaitons pleine réussite à cette nouvelle activité.


Vie pratique


Pour un été sans risque
L’été est parfois le moment de l’année le plus attendu. Alors pour que cette saison propice à la détente ne soit faite que de bons souvenirs, restez vigilants et suivez les recommandations de ceux qui veillent sur vous, parfois au risque de leur vie.


Commençons par le feu.
feu2010
Chaque fois que vous allumez un feu, votre responsabilité est engagée

que ce soit pour des travaux agricoles, forestiers, les barbecues de vos soirées ou même une simple cigarette.
Une réglementation fixe les conditions de son emploi et des petites brochures sont à votre disposition à la mairie ainsi que des informations directement sur internet.
Arrêté préfectoral n°2013268-0005 du 7 octobre 2013 et 2013352-003 du 2 janvier 2014 et en tapant :
http://www.prevention-incendie-foret.com/dossier/reglementation-barbecue.php?

Témoin d’un départ d’incendie, composez le 18 ou le 112 et soyez aussi précis que possible.

Envie de vous dégourdir les jambes ?
Bien que de faible altitude, les Corbières présentent un terrain caillouteux et très glissant qui nécessite de bonnes chaussures de marche avec crampons. Il y fait chaud et les points d’eau sont rares, alors ne partez pas sans eau !

Les Pyrénées vous tentent ?
N’oubliez pas la panoplie du parfait randonneur composée au minimum de chaussures de randonnée+ vêtement imperméable + vêtement contre le froid, le temps changeant très vite en altitude.
Eau, en-cas, carte (voire, d’autres accessoires en fonction de la randonnée) complèteront votre sac à dos.
Par ailleurs, les multiples intérêts que présentent l’usage de bâtons de marche, en font presque un incontournable de vos sorties.
Dans tous les cas,
ne partez pas seul, faites-part de votre itinéraire et surtout renseignez-vous sur la météo montagne.

Témoin ou victime d’un accident, composez le 112 et attendez avant de raccrocher que votre interlocuteur vous y invite. En cas de nécessité, un défibrillateur se trouve, à proximité de la mairie, sous le préau, près des toilettes.

Tout le village, fier de ses deux pompiers Estelle Ibanez et Thomas Avice ainsi que l’équipe de la gazette, vous remercient de votre attention et vous souhaitent d’excellentes vacances !

Sports:
retour sur lesTrails cathares
affiche trail 2015
Sept années déjà que l’association « les 3 Vents »( http://www.les3vents.be/) fait courir les mordus de course nature et dénivelés dans une ambiance des plus conviviales. Trois ans que le parcours emprunte le territoire de Padern et permet à plus de 600 personnes de découvrir notre beau village. Pour l’édition 2015 de ce trail, ce sont pas moins de 650 participants qui ont pris le départ des six courses qui se sont étalées du samedi au dimanche
Trail de Quéribus 21 km (le dimanche) autour de Cucugnan et Padern 1300 d+parcours trail 2015
Course des seigneurs 51 km (le dimanche) autour de Cucugnan Rouffiac Duilhac et Padern 3400 d+
trail autre parcours 2015
Challenge Cathare 98 km (Samedi et Dimanche) Padern Paziols Tuchan Cucugnan Rouffiac Duilhac et 6 châteaux .6000 d+
parcours 3 trail 2015

Ronde D'Alycia (Le Samedi) 10 km 350 d+ L'inscription est de 5 euros reversés à l'association AB AUTISME de Narbonne pour aider au maintien d'activités scolaires pour les enfants autistes et atteints du syndrome de Rett.
Marche Nordique 10 km 300 d+ autour de Cucugnan
Trail des Pitchou d'oc est une course enfants gratuite dès 4 ans.
Cette manifestation nécessite tout au long de l’année la participation d’une centaine de bénévoles dont 29 à Padern, pour la création et l’entretien des chemins, notamment par les chasseurs de Duilhac et Cucugnan, la confection des repas par la MJC de Cucugnan (plus de 1000 couverts cette année !) la signalisation… Qu’ils en soient tous vivement remerciés ! Un petit marché de producteurs anime également le village pour cette occasion.
Les padernais ne se contentent pas seulement d’aider à l’organisation et mouillent également leurs maillots avec cran. C’est donc sur l’air de l’incontournable morceau de Queen, que nous adressons nos félicitations épatées à Estelle, Jean Claude, Julien, Philip, Régis et Smaël, en leur chantant « You, are the champions » !

La cabède sportive


Talents
Joëlle Abizanda, l’œil d’une artiste

Il en est des passions comme des maladies, elles sont parfois héréditaires.

C’est en regardant son père manipuler son appareil photo  que Joëlle Abizanda a ressenti l’envie d’immortaliser choses et gens. Elle se souvient du « Leica » paternel, célébrissime modèle argentique allemand, avec réglages manuels.

joëlle

Chargée d’organiser des séjours, pour le compte d’une grosse entreprise, elle a eu l’occasion de découvrir sites ou paysages ou de rencontrer nombre de personnes ; autant d’opportunités de mettre à profit sa passion et d’illustrer les catalogues de voyages élaborés par son comité d’entreprise.

A la retraite, elle a perfectionné sa technique sur le numérique grâce à des revues spécialisées, ce qui lui a permis d’aborder un aspect plus artistique des clichés.
Pour Joëlle, la photo, c’est savoir choisir son sujet, régler son appareil, observer et au moment propice prendre l’instantané pour l’immortaliser. Plus que les portraits qu’elle ne dédaigne pas, ses sujets de prédilection sont fleurs et paysages et ça tombe bien car il n’en manque pas dans ces Corbières dont elle ne se lasse pas. Et comme d’autres ont dans leur sac poudrier ou rouge à lèvres, Joëlle ne sort jamais sans ses 2 appareils photos, l’un compact et l’autre plus perfectionné.

Si elle loue la facilité du numérique, elle déplore que bien souvent de nos jours, on soit moins exigeant sur la quantité de clichés prise et retenue, à rebours de l’époque où le nombre de tirages papier, payant, était forcément restreint. C’est pourquoi, elle s’adonne aujourd’hui au « scrap », technique qui consiste à illustrer un thème donné au moyen de photos et ainsi à les mettre en valeur de manière originale et personnelle. Le bon vieil album de papa a vécu !
Le maître serait fier de son élève, c’est certain.

scrap J A


Pour vous en convaincre nous vous invitons à découvrir quelques œuvres de l’artiste à la salle de la mairie à partir du 14 juillet et vous rappelons que cartes et enveloppes aux couleurs de Padern et des Corbières sont régulièrement imprimées par l’association Culture et Patrimoine dont Joëlle est aussi la dévouée secrétaire. Alors, soyez originaux et épatez vos correspondants !
Quant à nous, on l’embauche à « Padern Match » !

La cabède talentueuse


Le coin des associations
Padern Culture et Patrimoine

L’association Culture et Patrimoine, présidée par Simone Picard vient tout juste de fêter ses cinq ans mais peut déjà s’enorgueillir d’un joli palmarès. Joëlle Abizanda, Agnès Henry et Claude Ropars composent le bureau.
Selon ses statuts, elle a pour but l’animation culturelle et de loisirs, la conservation et la mise en valeur du patrimoine du village et de sa région.

Les activités de Padern Culture et Patrimoine s’échelonnent tout au long de l’année et sont si diversifiées qu’il est impossible de séjourner au village, sans avoir l’occasion de participer à l’une des manifestations organisées et, toutes les pages de la gazette ne suffiraient pas à les énumérer ! Durant l’été, les matinées débroussaillages, outre une réelle convivialité, permettent de remettre en valeur quelques sites locaux remarquables (capitelles, source de Molhet…). En soirée, les conférences sur l’histoire locale ou les origines de la langue française par exemple, réunissent un public nombreux et attentif autour de conférenciers passionnants. Quant au vide-grenier il est devenu un incontournable de l’été.

Le reste de l’année, « les Amis du Jeudi » réunissent chaque jeudi après-midi dans la salle de la mairie, une vingtaine de participants autour de jeux de société et de délicieux goûters. Puis, une fois par mois, les artistes retrouvent pinceaux et couleurs lors des journées de stages peinture qu’organise Anne-Marie Garau-Lavigne.
Sorties botaniques, stages d’informatique, cinéma…sont autant de moments de partage et de bonne humeur durant lesquels les participants prennent la pleine mesure de la richesse de notre patrimoine et de sa fragilité.
Aujourd’hui, Culture et Patrimoine mène une réflexion sur la sécurisation du château, celui-là même qui a failli disparaître.

L’association qui compte environ 90 adhérents nécessite les bonnes volontés et les compétences du plus grand nombre, alors si vous avez des idées, n’hésitez pas et rejoignez vite ses membres, pour le plus grand bien du village (et le vôtre) en appelant Joëlle au 04 68 45 44 21
.

Le Comité des fêtes

Président : Serge Pecceu 06 24 43 71 40
Secrétaire Françoise Bertrand
Trésorier : Daniel Bertrand
Membres : Nathalie, Martine, Jacqueline, Jacquotte, Agnès, Claude, Marco, Frédéric, Estelle, Thomas, Elsa, Jacky, Abel et tous ceux qui aident ponctuellement.

Depuis l'année dernière le comité essaie d'offrir une activité par mois aux habitants (loto, crêpes, méchoui...) en plus des fêtes de l'été. Il se réunit régulièrement pour préparer ces événements, ce qui est un excellent prétexte pour se retrouver autour d'un apéritif ou d'un repas. Le comité des fêtes est ouvert à toute bonne volonté, au service des padernais.

A noter que, courant mai a eu lieu un méchoui qui a réuni sur la promenade, une cinquantaine de personnes (
images de Jacques)

sDSC01708
sDSC01833
sDSC01713
sDSC01758
sDSC01926
sDSC01775
sDSC01808sDSC01855

Plantes de la garrigue

Un petit groupe de l’association Culture et Patrimoine s’est réuni le Dimanche 9 Mai pour herboriser autour du village de Padern et, le long du chemin menant au château, signaler la flore méditerranéenne poussant aux alentours. Cette sortie était dirigée par Jacques OLIVIER, botaniste ancien chargé d’études au Conseil Général de l’Hérault et spécialement venu de Montpellier.
Les randonneurs ou promeneurs de passage pourront maintenant lire sur de petits panneaux, le nom des principales plantes et arbustes bordant le sentier qui monte au-dessus du village ;
 cardons , giroflée bleue, églantier près de la chapelle. Puis, garance, jasmin sauvage, et près du château grande euphorbe, pistachier lentisque, ciste cotonneux, sauge bleue ou encore camélée. Arrivés au pied du château, leur attention sera retenue par un arbuste rare : le genévrier de Phénicie.
Une matinée très réussie, riche en découvertes ; une rencontre aussi conviviale qu’instructive.

1 Genévrier de phénicie
genévrier de Phénicie

2 Pistachier lantisque
3 Le camelée
la camélée

4 Le Camelée fleur et fruit
5  Cistes cotonneux
cistes cotonneux

6 Grande euphorbe

La cabède botaniste

Patrimoine
Les premières traces d’habitations à Padern

Il y a plus de 3000 ans, les hommes choisissaient déjà de s’installer sur le territoire de Padern au lieu-dit de l’Oppidum des Piques. Le site surplombe le Verdouble à environ 450 et 550 mètres d’altitude et permettait la surveillance des voies de communication entre les vallées. Cet oppidum se compose de deux plateaux : le premier de deux hectares est protégé par un mur rectiligne en pierre sèche de près de 200 mètres. En surplomb, le deuxième plateau, plus petit, communique par un passage très étroit. C’est à cet endroit que l’on peut trouver un second mur en pierre sèche, qui fait fonction d’enceinte et protège les deux accès possibles à l’Oppidum.

Cet ensemble était occupé dès l’âge du fer (environ 1100 avant JC en Méditerranée). En témoigne la présence de céramiques communes locales, ibériques et étrusques. Le second plateau a quant à lui été occupé pendant toute la période de l’antiquité tardive et du haut Moyen-Âge (5
e et 6e siècles). On peut encore y observer les vestiges d’habitats simples en pierre sèche. La présence de résidus ferreux confirme d’ailleurs une activité humaine, de même que la présence de terrasses de cultures situées immédiatement sous la falaise de l’Oppidum qui semblent attester une activité liée au village pendant la fin de l’Antiquité et les premiers siècles de la période médiévale.

oppidum 2
oppidum
oppidum 3

La cabède vagabonde.

Référence bibliographique : Carte archéologique de la Gaule 11-2, l’Aude, sous la direction de Perrine Ournac, Michel Passelac et Guy Rancoule, Paris, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 409, notice de Ph. Térès.


A propos
d’oppidum, le saviez-vous ?

Le mot oppidum est un emprunt au latin, c’est même un calque puisque nous avons gardé le mot tel quel en français. Il désignait dans l’Antiquité une « ville fortifiée » en particulier lorsque celle-ci se trouvait sur une hauteur. A titre d’exemple, la ville de Lugdunum, devenue Lyon depuis, avait son propre oppidum en hauteur qui n’est autre que l’actuel quartier de Fourvière, dominant la ville. L’oppidum des Piques à Padern était évidemment un lieu stratégique de contrôle du passage des vallées entre celle de Cucugnan et celle de Tuchan-Paziols. Le mot est attesté dans la langue française en 1399 dans un glossaire philologique publié à Liège mais apparaît dans les textes historiques et dans les encyclopédies en français particulièrement à partir du XVIIIe siècle.


Portrait d’ici
Louisette Izard
Louisette

Pour ceux qui ne la connaissent pas Louise ou plutôt Louisette à 97 ans d’une vie bien remplie, est la doyenne du village. Il était donc normal que le premier numéro de la gazette lui rende hommage.

Considérée comme chétive- un comble pour celle qui a découvert l’existence de la sécurité sociale il y tout juste un an - cette native de Lunel-Viel dans l’Hérault, est envoyée enfant dans le Pays de Sault dont elle garde un souvenir inaltérable. Là, au grand air, choyée par des grands-parents débordants d’affection et complices, le temps s’écoule dans un bonheur total entre jeux avec les cousins, garde des vaches et petit tour dans l’épicerie de la tante, toujours prompte à lui offrir des friandises.
La petite maigrichonne se mue en une belle jeune fille et retrouve le café familial. Sous les regards admiratifs, aguicheurs ou amoureux des jeunes gens de passage, la belle et sage « pescalune » comme on surnomme les habitants de cette Petite Camargue, seconde ses parents derrière le comptoir et trime du matin jusqu’au soir, tout en écoutant les potins qui feront les délices de Monsieur le Curé les jours d’élection. De temps en temps, « la frisée » comme l’appelle familièrement les clients, entonne la dernière chanson de Jean Sablon ou de Rina Ketti ravissant un public d’admirateurs, jeunes et vieux. Peut-être est-ce au cours d’une de ces soirées qu’un producteur de cinéma séduit par son charme naturel autant que par son chant, lui propose de participer au tournage d’un film avec…Tino Rossi !
Le Corse, elles en sont toutes folles ! Devenir chanteuse c’est ce dont rêve secrètement Louisette qui fait aussi vibrer sa voix à l’église. Hélas ! En ce temps-là, saltimbanque n’est pas une profession, tout juste un état qui ne convient guère à une jeune fille « comme il faut » ! Chez les Malacombe on travaille honnêtement ! On obéit aussi et on enterre les rêves de ses 20 ans. « Moi j'essuie les verres au fond du café, j'ai bien trop à faire pour pouvoir rêver… ».
Du comptoir du bistrot à celui de l’épicerie il n’y eut qu’une paire d’yeux. Ceux de l’amour bien sûr et bleus comme il se doit. Notre nonagénaire répète à l’envi la rencontre qui allait changer sa vie avec le bel Eugène, épicier à Padern ; un véritable coup de foudre digne des plus belles scènes du cinéma, lors de la fête de Lansargues. Le bref temps d’une valse (brune ?) et d’un tango forcément le plus beau du monde et c’est la bague au doigt que la lunelvielloise devient padernaise et va partager avec son jeune et « brave » mari, le travail à l’épicerie et à la vigne. La lune de miel sera interrompue à peine quelques mois plus tard par le départ d’Eugène au front. L’interruption durera cinq ans durant lesquels la belle tiendra commerce avec Albine sa belle-mère, veuve de guerre et s’évertuera à trouver de quoi sustenter la population auprès des grossistes de Perpignan. Période rude entre toutes mais en femme courageuse et habituée au dur labeur, elle saura faire face et attendre le retour du bien-aimé, peut-être en fredonnant « j’attendrai, le jour et la nuit, j’attendrai toujours ton retour… ».
Ne manquant jamais l’occasion d’aider son prochain, elle prendra même le risque de cacher quelques personnes en danger, là-haut dans la montagne de son enfance.
Enfin, la paix revient et avec elle Eugène mais il est malade. Qu’importe, Louisette a de la force pour deux et le plus séduisant des sourires pour affronter des semaines à faire tomber en syncope un inspecteur du travail ou un syndicaliste. Mais, « le travail, c’est la santé », n’est-ce pas ? Un beau jour, arrive l’heure de la retraite et commence alors une nouvelle vie à Port-Leucate. Les parties de pétanque succèdent aux balades en mer et aux discussions entre amis. Bref, des grandes vacances impensables pour qui a consacré sa vie à l’ouvrage et n’a jamais entendu parler de la semaine de trente-cinq heures.
La romance continue entre le « gavatx » et  « l’étrangère » et durera 59 ans, jusqu’à ce que les chers yeux bleus se ferment pour toujours.
Aujourd’hui, la vieille dame se repose et se laisse aller aux bons soins de Françoise, sa fille unique et entourée de toute la tendresse de ses enfants et petits-enfants. Peut-être même ira t-elle faire ses dévotions à Notre Dame de Lourdes que sans être dévote, elle vénère tant car les prières dit-elle, si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal !
S’il vous arrive de la rencontrer assise sur sa terrasse, ne manquez pas de la saluer. Elle sera heureuse de vous raconter ses souvenirs d’enfance, là-bas, à Mérial, chez les grands-parents chéris et la tante épicière.
Qu’elle sache que toutes les cabèdes lui souhaitent de longues années encore entre Torgan et Verdouble !

La cabède bavarde


Le coin des Anciens

Autant que le carnaval, les fêtes d’autrefois ont laissé un goût de nostalgie aux plus anciens d’entre nous. Mais « je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans, ne peuvent pas connaître ».
Padern en ce temps-là, vit au rythme de la mine et de la vigne, de journées gagnées à la sueur de fronts fiers mais usés par un travail souvent ingrat et bien peu rémunérateur. Certes, il y a bien le dimanche pour se reposer en profitant de distractions simples et peu coûteuses, RTT et low coast n’ayant pas encore été inventés mais, ce sont surtout les deux fêtes du village qui permettent vraiment de profiter d’un plaisir trop rare. La fête d’été commence au 1
er août tandis que le 22 novembre, jour de la Sainte Cécile, se tient celle d’automne. Trois jours durant, les villageois ne penseront plus qu’à s’amuser, à l’exception des seuls épiciers (3 !) et cafetiers.

Mickey Jazz

La fête d’été s’installe sur l’actuelle placette, envahie pour l’occasion par tables, chaises et estrade. Les garçons vont ramasser des buis que les filles tressent pour en faire des guirlandes suspendues à des poteaux tricolores et voilà pour le décor. Fin novembre, les festivités se déroulent à l’ancienne (future ?)supérette. Manèges et forains participent à l’animation. Et de l’animation, il y en a dans ce village riche de ses quatre ou cinq cents habitants ! Durant ces journées particulières, tous, jeunes et vieux, hommes et femmes sont à l’unisson dans une véritable fraternité. Les vêtements du dimanche apprêtés et parfois même les robes spécialement confectionnées pour l’occasion, donnent à chacun des airs de « genssss de la ville » transformant les gars en jeunes premiers et les filles en vedettes de cinéma.
Le rituel de ces journées attendues entre toutes, est toujours le même et commence, comme il se doit, par une messe.
Vient un peu plus tard, ce que les voisins catalans nomment  
llevan de taule, coutume astucieuse et sympathique qui permet à « la jeunesse » de recueillir des espèces sonnantes car il faut bien régler les frais de l’orchestre, le mot subvention étant encore ignoré. Un groupe de musiciens passe dans chaque maison et interprète un morceau demandé par les maîtres du lieu en échange d’une obole, jamais refusée.
En guise d’apéritif, une série de quatre danses marque l’heure du repas. Famille, amis et musiciens remplissent les demeures et la maîtresse de maison joue sa réputation au cours de ces repas d’exception.
Après la sieste, un petit concert régale le village des airs connus de tous.

fete padern placette 08-63

Enfin, arrive l’heure du bal. Valses, tangos, pasos et one-steps apportés par les Américains, se succèdent sous le regard inquisiteur des douairières installées sur leurs chaises, autour de la piste. L’orchestre Fons-Jordi de Millas ou l’incontournable formation des Combo Gili, délaissant ici les instruments de cobla, ne s’interrompt que pour permettre au cavalier d’offrir à sa cavalière, une des petites attentions trônant dans des corbeilles, au milieu d’un parterre sur lequel jeunes et vieux couples rivalisent de grâce. Chaque danseur, se devant de récompenser sa partenaire, billets et pièce de monnaie remplaceront vite dans les contenants, fleurs ou friandises. Pour une fois, on ne regarde pas à la dépense, question de savoir-vivre et de réputation.

Sanchez divers


Un peu avant minuit, la farandole s’emballe et entraîne les jeunes gens jusqu’au bout du village, laissant les respectables vieilles dames chargées de veiller sur la vertu des jeunes filles, en proie aux plus vives inquiétudes. L’orchestre ne tardera pas à ranger ses instruments. Les musiciens fatigués, prendront un repos bien mérité, logés gracieusement par les habitants du village. Les jeunes gens, heureux et épuisés d’avoir tant dansé, s’endormiront dans la promesse de lendemains qui chantent.
Remerciements à ceux qui nous ont confié ces images.



Il a choisi Padern

bienvenue parmi nous à Alexis DOS SANTOS à qui nous souhaitons bonne chance dans ses projets maraîchers.

Elles nous ont quittés

Françoise FABRE (née Piqué), le 19 janvier ;
Marie-José VASQUEZ, dite Majo, au cours du premier trimestre.
Nous adressons toute notre sympathie aux familles.


Agenda de l’été 2015

*Mardi 14 juillet 2015 de 15h00 à 18h00
Exposition photos « mon village, ma région au fil des saisons »

Exposition de photos prises à différentes saisons du village de Padern et de la région. Réalisation Joëlle Abizanda.
Salle de réunion de la mairie de Padern (côté agence postale), 3 rue de l'Affenage Entrée libre

*Mercredi 22 juillet 2015 de 8h00 à 12h00:
l’œil de Mer
Débroussaillage
« venez quand vous voulez... matinée non stop » Entretien des sites de Padern, rendez vous sur place

*Jeudi 23 juillet à 21h00
Ciné Club salle de réunion de la mairie à Padern (côté agence postale) entrée gratuite, cônes glacés et popcorn à l'entracte.

°Vendredi 24 juillet à 21h00
Auto-grillade sur la promenade de Padern animée par les groupes O’Malet et Marcobass ainsi que Punkadelics

*Mercredi 29 juillet 2015 de 8h00 à 12h00:
le Parazol
Débroussaillage
« venez quand vous voulez... matinée non stop » Entretien des sites de Padern, rendez vous sur place

*Mercredi 29 juillet 2015 à 21h00
Conférence "de la langue d'Oc à la langue d'Oïl"
par Olivier Bertrand, Professeur des universités École Polytechnique, Université de Cergy-Pontoise et CNRS.
Salle de réunion de la mairie de Padern (côté agence postale), 3 rue de l'Affenage Tarifs : 2€ adhérents – 4€ non adhérents

°Dimanche 2 août
Rallye-promenade découverte des Corbières
en voiture et par équipe.
Renseignements auprès de Françoise au 04 68 45 01 07

*Mercredi 5 août 2015 de 8h00 à 12h00 :
Château de Padern
Débroussaillage
« venez quand vous voulez...matinée non stop »
*Mercredi 5 août 2015 à 21h00
Conférence "Jaurès l'Occitan"
par Albert Arnaud, Historien, Président de l'Institut d’Études Occitanes de la région Languedoc Roussillon
Salle de réunion de la mairie de Padern (côté agence postale), 3 rue de l'Affenage

Tarifs : 2€ adhérents – 4€ non adhérents

°Vendredi 7 août à 21h00
Fête du village
Auto-grillade
sur la promenade de Padern et concert du groupe Tryoland à partir de 22h00

*Dimanche 9 août 2015 de 7h00 à 17h00 promenade des 2 rivières
Vide-Grenier
Inscription obligatoire. Les exposants sont tenus de fournir une photocopie de leur pièce d'identité nationale en cours de validité. Petit marché avec produits locaux de 9h à 13h. Possibilité de restauration sur place. Tarif exposant : 5€ les 3m linéaires
informations et réservations : Joëlle ABIZANDA -Secrétaire de l'association – 06 83 72 27 45

*Jeudi 13 août à 21h00
Ciné Club salle de réunion de la mairie, entrée par la cour de l’agence postale
entrée libre, glaces et pop-corn à l’entracte


*Vendredi 14 août (horaire à préciser)
apéro festif cour de l'agence postale
Plus d’infos et des liens sur le site internet de Padern
* organisé par Padern Culture Patrimoine
° organisé par le Comité des Fêtes

Lundi 17 août 2015 à partir de 10h00
Chapelle Saint Roch
Messe à la Chapelle Saint Roch
Comme chaque année une messe est dédiée à Saint Roch, saint patron du village


Le remue-méninges de Jacky
Connaissez-vous les villes et les villages de l'Aude ?
casse-tête
Compléter la grille avec exclusivement des noms de villes et de villages de l’Aude

La cuisine de ma grand-mère
La charlotte Saint Roch de Ginette Delpont

Le premier (des ingrédients) c'est l'amour des fourneaux, c'est celui que vous devez inclure dans
tous vos plats!

auberginestomates
Ingrédients pour 6 à 8 personnes:

  • 2 boîtes de tomates pelées au jus (si vous n’avez pas de tomates fraîches)
  • 2 oignons, 1 gros poivron, 4 aubergines
  • 1 boîte moyenne de thon au naturel
  • 20 olives noires
  • herbes de Provence, huile d’olive
  • poivre, sel, un peu de sucre, 6 feuilles de gélatine

Hacher les oignons et les poivrons à la main. Les faire revenir dans l’huile d’olive. Ajouter les tomates concassées, un verre à jus de fruit d’eau, le sel, le poivre, les herbes, le sucre et laisser cuire à gros bouillon pendant 20 minutes. Ajouter la gélatine (préalablement ramollie à l’eau froide), le thon et les olives.
Faire frire les aubergines après les avoir coupées très finement. En tapisser un moule à charlotte et remplir avec la sauce.

Astuce: garder des boîtes de fromage frais: elles feront office de moule.

Il est préférable de préparer ces charlottes la veille du jour où on les servira. Mais on pourra les conserver 3 à 4 jours au réfrigérateur.

La Gazette de Padern Ont participé à l’élaboration de cette gazette : Daniel & Olivier Bertrand, Christian & Christine Echenne, Jacky Pannolié, Serge Pecceu, dessins Anne-Marie Garau-Lavigne, maquette : Gérard Laporte, crédit photos : photos personnelles et libres de droits
Remerciements à Frédéric & Estelle Ibanez, Jeanot Echenne, Estelle Fouga, Thomas Avice.

Contact: gazettedepadern@gmail.com